Aller au contenu principal

Activité solaire 2014.1

Le mois prochain ce sera le moment de mettre à jour mon graphique sur les éruptions de classe X, j’en profite donc pour faire un point sur l’activité de notre étoile. Vous constaterez  notamment la baisse constante du champs magnétique du Soleil qui renvoie aux travaux de Mattew Penn et William Livingston sur leurs prévisions des prochains cycles de 11 ans pour notre étoile. Même si il reste encore beaucoup d’incertitude, on attendra de constater cette future activité, tout laisse à penser que cette baisse très importante d’activité aura une influence sur notre climat en Hiver comme en en Eté. Vous pouvez voir que  ce même champs magnétique ne remonte pas alors que nous sommes dans le maximum du cycle 24. (Graph Umbral Magnetic Field)

Next month this will be the time to update my graphic on the eruptions of class X, I therefore take this opportunity to make a point on the activity of our star. You will find especially the steady decline of the magnetic fields of the Sun that returns to the work of Mattew Penn and William Livingston on their forecasts for the next few cycles of 11 years for our star.

Pendant plus de 400 ans, du début du XVe siècle au milieu du XIXe siècle, la Terre a été frappée par un phénomène météorologique peu commun : le petit âge glaciaire. Cette période, qui toucha l’Europe et l’Amérique du Nord, fut marquée par un refroidissement important des hivers et par des étés courts. Et plus particulièrement durant la période appelée « minimum de Maunder » approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de taches solaires était significativement plus faible qu’aujourd’hui. A cette époque, les hivers étaient tellement froids que la Tamise avait gelée. Mais un nouvel âge de glace est-il encore possible ? A en croire les scientifiques de la Nasa, oui. En effet, comme le relaie le Daily Mail, les chercheurs de l’agence américaine ont observé que l’activité solaire est à l’heure actuelle à son plus bas niveau depuis près d’un siècle.

livingston-and-penn2013

Ces mêmes scientifiques assurent aussi avoir constaté que le Soleil se retrouvait dans des conditions assez similaires que lors de la période du minimum de Maunder. Ainsi, s’ils affirment que 2013 a été l’année du « maximum solaire » ils établissent à 20% la probabilité que les températures évoluent vers « des modifications majeures ». C’est le cas de Richard Harrison du Rutherford Appleton Laboratory , qui a assuré à la BBC « n’avoir jamais rien vu de tel en trente ans ». « Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace » certifie ce scientifique.

Concrètement le nombre de taches solaires est en forte diminution depuis 2011 et les éruptions solaires sont de moins en moins importantes et de plus en plus rares. Ce qui fait dire à Mike Lockwood de l’Université de Reading que « d’ici à 40 ans, il y a une probabilité de 10 à 20% de retraverser un âge glaciaire tel que durant la période du minimum de Maunder ». L’an dernier déjà la NASA mettait en garde sur le fait « quelque chose d’inattendu » qui se passe sur le Soleil « .

Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse d’un nouvel âge de glace est évoquée. Déjà en 2011 le site The Register titrait : « La Terre se dirige peut-être vers un mini-âge glaciaire ». Dans l’article, il était écrit : « Des scientifiques National Solar Observatory (NSO) et de US Air Force Research Laboratory et l’US Air Force Research Laboratory analysent le comportement récent du Soleil, et tout indique qu’une période d’activité solaire inhabituellement basse peut être sur le point de commencer.

What may be the science story of the century is breaking this evening, as heavyweight US solar physicists announce that the Sun appears to be headed into a lengthy spell of low activity, which could mean that the Earth – far from facing a global warming problem – is actually headed into a mini Ice Age.

Average magnetic field strength in sunspot umbras has been steadily declining for over a decade. The trend includes sunspots from Cycles 22, 23, and (the current cycle) 24. Credit: NSO/AAS

Ice skating on the Thames by 2025?

The announcement made on 14 June (18:00 UK time) comes from scientists at the US National Solar Observatory (NSO) and US Air Force Research Laboratory. Three different analyses of the Sun’s recent behaviour all indicate that a period of unusually low solar activity may be about to begin.

The Sun normally follows an 11-year cycle of activity. The current cycle, Cycle 24, is now supposed to be ramping up towards maximum strength. Increased numbers of sunspots and other indications ought to be happening: but in fact results so far are most disappointing. Scientists at the NSO now suspect, based on data showing decades-long trends leading to this point, that Cycle 25 may not happen at all.

This could have major implications for the Earth’s climate. According to a statement issued by the NSO, announcing the research:

An immediate question is whether this slowdown presages a second Maunder Minimum, a 70-year period with virtually no sunspots [which occurred] during 1645-1715.

As NASA notes:

Early records of sunspots indicate that the Sun went through a period of inactivity in the late 17th century. Very few sunspots were seen on the Sun from about 1645 to 1715. Although the observations were not as extensive as in later years, the Sun was in fact well observed during this time and this lack of sunspots is well documented. This period of solar inactivity also corresponds to a climatic period called the « Little Ice Age » when rivers that are normally ice-free froze and snow fields remained year-round at lower altitudes. There is evidence that the Sun has had similar periods of inactivity in the more distant past.

During the Maunder Minimum and for periods either side of it, many European rivers which are ice-free today – including the Thames – routinely froze over, allowing ice skating and even for armies to march across them in some cases.

« This is highly unusual and unexpected, » says Dr Frank Hill of the NSO. « But the fact that three completely different views of the Sun point in the same direction is a powerful indicator that the sunspot cycle may be going into hibernation. »

 

Publicités

La vérité sur l’Ukraine

L'OTAN organisation fasciste

L’OTAN organisation fasciste et liberticide

Une vidéo et un extrait d’un échange entre deux diplomates pour comprendre rapidement que la vérité encore une fois est absente des grands médias. Heureusement il y a internet mais même là, les menaces sur la liberté du réseau se fait de plus en plus  pressant. Cela méritera un article de fond que je n’ai pas le temps d’écrire en ce moment. A video and an excerpt of an exchange between two diplomats to quickly understand that the truth again is absent in the major media. Fortunately there is internet but even there, the threats to the freedom of the network has become ever more pressing. This will deserve a substantive article that I do not have the time to write at this time.

Source:  http://lesbrindherbes.org/

http://rutube.ru/video/93802748ac84d98b69294da71162d03f/

Ukraine: policiers et manifestants abattus par des snipers inconnus

« L’entretien entre M. Paet et Mme Ashton a eu lieu le 26 février, après une visite du ministre estonien dans la capitale ukrainienne. Selon un communiqué de la diplomatie estonienne, M. Paet a fait part de ce qu’il avait appris lors de ses rencontres à Kiev et a exprimé sa préoccupation au sujet de la situation en Ukraine.

On retient particulièrement un fragment de la conversation dans lequel M. Paet a fait état de snipers embusqués qui avaient tiré sur des gens à Kiev. Le ministre a déclaré tenir cette information du docteur Olga Bogomolets, médecin qui avait soigné les manifestants et les policiers blessés sur la place de l’Indépendance.

« Olga m’a dit qu’à en juger d’après les preuves dont elle disposait, les mêmes tireurs avaient abattu des policiers et des personnes rassemblées sur la place », a affirmé M. Paet lors de son entretien avec Mme Ashton. »

Le soleil en panne

David Hathaway, le mec qui se trompe tout le temps sur ses prévisions, directeur de recherche en physique solaire au centre Marshall Space Flight de la NASA à Huntsville en Alabama, a parlé dans le Wall Street Journal de la faiblesse du cycle solaire 24 : « Je dirais qu’il sera le plus faible en 200 ans. »

Hathaway se demandent pourquoi ce cycle est aussi faible, imbécile.

Hathaway et son équipe prédisent que le nombre de taches solaires pendant le maximum du cycle 24 sera d’environ 65 ce qui en fait le cycle le plus faible depuis 1906. S’il tombe juste un petit peu en dessous du niveau prédit, il pourrait alors être le plus faible en 200 ans.

http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304672404579183940409194498

Folding@home 2013

Un point sur mon partage de mes ordinateurs en faveur de la recherche sur les protéines. En nombre de point, cela donne une contribution supplémentaire de 42143 points. Au classement j’ai gagné près de 50000 places pour occuper aujourd’hui la 156851 ème place mondiale. J’occupe désormais la place de 1660 ème sur le classement français. Enfin mes deux ordinateurs ont permis de travailler sur 57 protéines en 2013, qui viennent s’additionner au 160 précédentes.

Donor Huygens_69
Team Alliance Francophone (51)
Score 83712 (certificate)
Donor Rank 156851 of 1710773
WU 217 (certificate)
Date of last
work unit
2013-10-31 17:02:31
Active clients
(within 50 days)
1
Active clients
(within 7 days)

http://folding.stanford.edu/French/Learn

Le GIEC manipulation, mensonge et trahison

maurice_strong_hiresLe GIEC vient de publier son 5 ème rapport, je pense que vu le matraquage médiatique auquel on a eu droit, cela n’a échappé à personne. Pour autant toutes les informations reprisent dans les grands médias  abondent dans le sens de ce rapport sans ce posé la moindre question. Heureusement aujourd’hui il y a internet pour trouvé un peu de contradiction dans un système de pensée unique bien huilé. C’est pour cela que ce mois je mettrais régulièrement cet article à jour pour faire un compte rendu le plus explicite possible sur les opinions qui vont à contre courant de cette pensée unique. Je recommanderais en premier lieu de lire les articles de la terre du futur qui ont dégainé les premiers et qui sont très précis et très clair, pour comprendre sans pour autant à avoir à avaler une littérature scientifique trop abondante sur le sujet. En effet la science climatique n’en est qu’a ses début, nous ne sommes pas capable à notre époque d’avoir des prévisions météo fiable au delà de 72H alors qu’en le GIEC  se permet de faire croire que ses modèles climatiques sur un siècle sont fiables, je rigole. Sur la photo: il s’agit de Maurice Strong l’homme qui est à l’origine de toute cette manipulation sur le climat. Pour en savoir plus sur le bonhomme je vous recommande de lire la servitude climatique de Jean Michel Bélouve. Cela reste et restera probablement le meilleur livre sur le climat.

Mise à jour le 13/10 avec le très bon article, comme d’hab, du site pensée-unique.fr

http://www.pensee-unique.fr/news.html#ar5

http://www.laterredufutur.com/accueil/index.php/climat/525-le-grand-barnum.html

http://www.laterredufutur.com/accueil/index.php/climat/526-le-rapport-du-giec-15-verites-qui-derangent.html

http://www.amazon.fr/La-servitude-climatique-Changement-Politique/dp/2953563202

http://www.laterredufutur.com/accueil/index.php/climat/527-vincent-courtillot-intervention-observations-et-predictions-du-changement-climatique-global.html

Le soleil en panne

Un article qui vient de paraître il y a seulement quelques heures dans Astronomy & Astrophysics qui remet en cause l’influence et les positions des autres planètes du système solaire surtout Jupiter dans les cycles d’activités solaires vient semer un peu plus le trouble sur notre compréhension des minimum et maximum tel que Maunder, Dalton, ou Optimum médieval. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir faire la moindre analyse ou le moindre pronostique concernant le futur du grand minima qui vient de débuter avec le cycle 24.
 

extrait:

Une théorie populaire associée au cycle d’activité avec des périodes orbitales planétaires, principalement motivés par la similitude entre le cycle d’environ 11 ans et la période orbitale de Jupiter… des analyses statistiques détaillées ont maintes et maintes fois montré que les apparentes similitudes entre certaines périodes planétaires et les variations de l’activité solaire sont compatibles  et étaient statistiquement fiables … Abreu et al. (2012, Astronomy & Astrophysics , 548, A88) ont récemment revu cette question. Ils ont comparé les quasi-périodes trouvés dans cet ensemble entre 40 et 600 ans, avec des périodes dans le couple marée exercée sur une coque mince à l’intérieur solaire, dont ils supposés être ellipsoïdale déformée. Les données d’ Abreu et al. ont trouvé des similitudes frappantes entre l’apparence solaire et les périodes planétaires sur 5 périodes. Leur analyse statistique semble montrer que ces coïncidences ne sont pas dues au hasard, ce qui signifierait que les planètes influencent l’activité solaire… Cameron et Schüssler ont identifié des erreurs techniques subtiles dans les tests statistiques effectués par Abreu et al. La correction de ces erreurs réduit la signification statistique par plusieurs ordres de grandeur aux valeurs compatibles avec une coïncidence fortuite pure. du quasi-périodes dans les données isotopiques ne fournissant donc aucune preuve qu’il y ait un effet planétaire sur l’activité solaire.

sources:

http://www.science20.com/news_articles/solar_activity_not_influenced_other_planets_solar_system-119807

http://www.aninews.in/newsdetail14/story129483/planets-have-no-influence-on-solar-activity-.html

l'activité solaire au 31 aout 2013

Activité solaire enregistré par le SIDC au 31/08/2013

abattage massif de loups

LoupCe mois-ci je relaie une information très importante sur une pétition en cours qui demande l’arrêt d’une décision stupide, égoiste, et lâche de la part encore une fois de nos politiques. Je pense qu’un moment donné c’est eux qu’il faudra abattre, à gros coup de guillotine, comme pendant la révolution. Dernières infos le 23/08: Six « tirs de prélèvements » (euphémisme de l’administration pour tuer l’animal protégé) sont actuellement autorisés dans ces trois départements les plus attaqués. S’y ajoutent des dizaines d’autorisations de « tirs de défense » accordés aux éleveurs ou « des tirs de défense renforcés » avec dix fusils maximum (une nouveauté). Un record de 24 loups, sur une population de 250, peuvent être « prélevés » en France. Et le tout nouveau « plan d’action national loup » permet le tir de plusieurs loups lors d’une opération.  Certains souhaiteraient abattre le Loup directement d’un hélicoptère. C’est devenu n’importe quoi ce pays, qui n’arrive même pas à vivre avec 250 Loups, alors que l’on est plus de 60 millions d’humains en Métropole et qu’il y a plus d’un milliard d’animaux d’élevage, et on veux exterminer une espèce en voie de disparition pour sauver une centaine de bovins/ovins… par an, sur un milliard, c’est effroyable comme système de penser.

http://www.change.org/petitions/annulation-de-la-nouvelle-mesure-d-abattage-massif-de-loups?utm_source=supporter_message&utm_medium=email&utm_campaign=petition_message_notice

Cette pétition a été signée 5500 fois en une semaine seulement !

N’y a t il pas meilleure preuve que le sort du loup résonne comme un intérêt général pour tous?

Or, notre voix n’est à ce jour, pas assez entendue.

Afin de vous tenir au courant au plus près de l’avancée de notre action, je me dois de vous apporter plusieurs précisions :

En plus des 380 chasseurs, c ‘est un réel débauchage de chasseurs d’Amérique du Nord, qui va être mis en place afin de mieux abattre le loup.

Comme le mentionne l’article de journal du Nice Matin paru le 16 juillet, une préconisation du retour de la capsule de cyanure, « poison propre qui ne tuera que la bestiole qui veux manger le mouton ».
Cette déclaration fut prononcée par Bernard Bruno, président du syndicat des éleveurs, appuyant la demande « de tuer du loup », afin de faire accélérer les choses.
Aussi, cette pensée peut être résumée par une déclaration de Mr Michel Dessus, président de la Chambre d’agriculture des Alpes Maritimes :  » C’ est le loup qui doit partir, pas le berger ».

Or, il n’est pas question ici de chasser l’un ou l’autre mais bien de trouver un système pertinent ouvrant la porte à une cohabitation paisible entre le loup et l’homme.
Impossible?

Si l’on ne devait prendre qu’un seul exemple :
L’ Espagne, qui compte entre 1500 a 2000 loups sur ses terres, et qui arrive à vivre paisiblement en compagnie du loup.
Comment expliquer qu’en France, avec seulement 240 loups, nous n’y arrivons pas?

Le problème ne vient donc pas du loup, mais de la gestion du pastoralisme en France.
Nous sommes tous d’accord sur un point :

OUI IL FAUT AIDER LES ÉLEVEURS.

En leur apportant des solutions concrètes .
Il devient urgent d’aider les éleveurs à mieux protéger leurs troupeaux, de façon raisonnée.
Encore une fois, il existe bien des solutions à ce problème.
La France reste un des seuls pays où la cohabitation avec le loup semble être difficilement acceptable.
A quand une solution responsable?

En réponse à ces événements, voici l’action que je mène en collaboration avec des personnes faisant partie d’une grande association qui agit pour la biodiversité :

– Continuer à donner de la voix à tous ceux qui refusent ces mesures barbares et immorales, en donnant du poids à cette pétition

– Des demandes de RDV sont en cours avec certains élus du département, sensibles à l’écologie, ainsi qu’avec la préfecture.

– Une lettre a été adressée le 22 juillet 2013 à tous les maires des communes en ZPP (zone de présence permanente du loup) pour leur rappeler les droits internationaux de protection dont fait office le loup en France

– Une copie de cette lettre a été adressée à plusieurs députés, sénateurs et au Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes

Le soleil en panne

Soleil_SansTaches_07aout2008Voici enfin la grosse mise à jour annuelle concernant les éruptions solaire de classe X. Alors pourquoi suivre les éruptions de cette classe plutôt qu’une autre? Tout d’abord quand il y a un an j’ai voulu connaitre le suivi du nombre d’éruptions solaire, je n’ai rien trouvé de probant sur le net, c’était donc pour combler un vide, d’ailleurs les articles que j’écris depuis sont fait pour cela. Sinon je pense également que le nombres d’éruptions ont une influence significative sur notre climat comme au demeurant les tâches solaires, le vent solaires etc…. Enfin comme il est plus difficile et surtout plus contraignant de suivre les autres éruptions de moindre intensité, je me suis concentré sur les plus importantes d’entre-elles.

L’actualité des éruptions de classe X à été dominé par justement un manque d’actualité depuis un an puisqu’il n’y a pas eu de classe X en 6 mois jusqu’à notre mois de mai 2013 ou il y a eu 4 éruptions de classe X toutes orientées très loin de la terre donc sans influence.  A ce jour nous en sommes à 19 éruptions de classe X durant ce cycle qui a débuté en 2008. A titre de comparaison le cycle 23 au moment de son pic d’activité fin 2001 comptaient 60 éruptions de classe X soit une baisse de 68,33%. Nous voici donc engagé vers un refroidissement climatique de très grande ampleur avec certainement un plus bas qui sera atteint durant les années 2025-2050, et ce malgré le taux de CO2 à plus de 400 ppm (soit 0,04% de notre atmosphère). petit rappel utile pour relativiser l’influence de ce gaz sur notre climat. Comme aujourd’hui nous allons redescendre vers le minimum de ce cycle solaire avant le prochain annoncé plus faible, il ne serait pas surprenant de voir la température engagée une baisse plus importante d’ici la fin de la décennie, avec certainement des changements météorologique à la clé ainsi que des situations de blocage du pour l’essentiel à des changement de régime dans les courants du jet-stream.

graphique éruptions solaire de classe X

tableau éruptions solaires de classe X

Et enfin le recap des éruptions de classe X cycle 24

X6.9 – 2011  (1263) X2.1 – 2011  (1283) X1.7 – 2013  (1748) X1.3 – 2012  (1429)
X5.4 – 2012  (1429) X1.9 – 2011  (1339) X1.7 – 2012  (1402) X1.2 – 2013  (1748)
X3.2 – 2013  (1748) X1.9 – 2011  (1302) X1.5 – 2011  (1166) X1.1 – 2012  (1515)
X2.8 – 2013  (1748) X1.8 – 2011  (1283) X1.4 – 2012  (1520) X1.1 – 2012  (1429
X2.2 – 2011  (1158) X1.8 – 2012  (1598) X1.4 – 2011  (1302)

Le soleil en panne

Le soleil en panne

Bonne nuit le soleil

Le mois prochain, je mettrais à jour ma page sur les éruptions solaires de classe X. Il n’y en a pas eu cette année pour le moment, mais 4 mois sans classe X alors que l’on est dans le maximum d’activité pour ce cycle, c’est quand même a souligné. D’après mes statistiques, nous sommes sur une baisse de 88,10% d’éruptions par rapport au cycle précédent.

Ce mois je commenterais l’article de Science et Vie sur notre étoile avec pour titre: Soleil: Il est décidément en panne.

Tout d’abord le journaliste écrit au début de son article  » Démarrage tardif, activité en berne… Le cycle solaire en cours s’annonce comme le plus faible depuis cent ans. Ce qui surprend les astrophysiciens, incapables pour l’heure de prédire la suite » Enfin c’est complètement dingue, bien sur et heureusement que les Physiciens étaient au courant, il s’agit ni plus ni moins que du cycle de Suess qui a lieu tous les 180 ans et tiens le dernier à pris fin il y a 180 ans justement, c’était le fameux minimum de Dalton, donc le journaliste qui parle du minimum de Maunder  sait très bien que ce cycle existe et que ce que nous vivons actuellement est tout sauf une surprise.

Ensuite il dit  » Les astrophysiciens l’avaient affirmé en 2009: le maximum solaire est attendu en Mai 2013. En guise d’apothéose, le soleil n’offre depuis des mois qu’un pâle spectacle. Le nombre de tâches à sa surface ne décolle pas. Pis après un accès de fièvre inattendu en décembre 2011, il s’est effondré. » Alors c’est vrai que si l’on suit les prévisions de David Hattaway de la NASA, on est sur de se planter. D’ailleurs il se trompe régulièrement depuis le début de sa carrière le bonhomme et on regarde les prévisions du messieurs comme si il avait encore de la crédibilité et de la légitimité. J’espère que le journaliste n’ignore pas ce fait, ou alors je me demande bien pourquoi il a entrepris d’écrire un article sur l’activité solaire.

Enfin et je reparlerais de cet article le mois prochain avec ma révision statistique des éruptions solaires. Il écrit  » Activité plus faible, dédoublement du pic: le cycle en cours détonne » Le dédoublement est observable régulièrement sur les cycles solaires, rien d’étonnant là dedans et encore mois sa baisse d’activité qui suit un cycle très régulier comme ce cycle de Suess.

L’effet Streisand

Après avoir menacé d’attaquer en justice la fondation Wikimedia, les efforts de la DCRI n’aura eu que l’effet inverse souhaité concernant le retrait d’un article de l’encyclopédie en ligne. Je publie cette fameuse page finalement très banale, ou l’on n’apprend rien de bien problématique et surtout rien de nouveau sur notre dissuasion nucléaire.

Finalement jamais la page Wikipédia concernant la station de Pierre-sur-Haute n’aura été aussi visitée,depuis, et ce grâce à la direction centrale du Renseignement intérieur qui a tout simplement voulu la faire disparaître.

Un grand bravo au service secret Français…

Station hertzienne militaire de Pierre-sur-Haute

Station hertzienne de Pierre-sur-Haute
Image illustrative de l'article Station hertzienne militaire de Pierre-sur-Haute
La station hertzienne de Pierre-sur-Haute. On distingue les deux tours militaires, la tour relais de TDF au centre, les bâtiments de vie, ainsi qu’une hélistation.

Construction 1961
Rénovation De 1981 à 1987
Utilisation
Contrôlé par Drapeau de France France
Effectifs ± 20
Coordonnées 45° 39′ 11″ Nord
3° 48′ 30″ Est 

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)Station hertzienne de Pierre-sur-Haute

La station hertzienne de Pierre-sur-Haute est un site de trente hectares voué aux communications interarméesfrançaises, situé sur les communes de Sauvain et de Job, la limite entre les régions RhôneAlpes et Auvergne traversant la base. En périphérie de sa vocation militaire, le site comporte une tour hébergeant un relais hertzien civil appartenant à TDF1surmontée d’un radar de la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC).

La Croix de Pierre-sur-Haute est située dans la partie de la station relevant de la commune de Job (Puy-de-Dôme) et elle indique le point culminant du département de la Loire, à 1 634 m2.

Sommaire

  • 1 Histoire
  • 2 Rôle
  • 3 Infrastructures
    • 3.1 Implantation et accès
    • 3.2 Installations de surface
    • 3.3 Installations en sous-sol
  • 4 Protection
  • 5 Notes et références
  • 6 Voir aussi
    • 6.1 Articles connexes

Histoire

En 1913, l’armée française construit sur le site un télégraphe Chappe consistant en un modeste bâtiment en pierre surmonté du dispositif de communication optique1.

En 1961, lors de la guerre froide, l’OTAN donne à l’armée française pour mission de construire l’une des 82 stations de son réseau de transmission, le réseau ACE High (Allied Command Europe). Son nom de code est FLYZ3. À partir de 1974, la responsabilité du site passe de l’armée de terre à l’armée de l’air. Dès 1988, l’OTAN envisage le démantèlement du réseau ACE HIGH avec comme conséquence la création de nouveaux plans de fréquences nationaux.

La station hertzienne de l’OTAN utilisait des liaisons radio troposphériques et du matériel américain : soient des bonds radios de l’ordre de 300 km, les plus longs atteignant plus de 450 km (entre Mossy Hill – UMSH4 – et Lysenuten – NLYZ4).La puissance nominale d’émission qu’assurait un klystron était 10 kW.[réf. souhaitée] En raison de la particularité des transmissions troposphériques, ces liaisons fonctionnaient en diversité d’espace et de fréquence[pas clair]. La station de Pierre-sur-Haute qui servait de relais entre, au sud, celle du Lachens (FNIZ4), qui domine le camp militaire de Canjuers aux confins des Alpes-Maritimes, du Var et des Alpes-de-Haute-Provence, et, au nord, celle du Mont Août (FAOZ4), à Broussy-le-Grand dans la Marne, reposait sur quatre émetteurs de 10 kW chacun (deux par sens de liaison) et sur seize récepteurs (huit par sens de liaison).

Le site dispose de groupes électrogènes qui rendent le site autonome si nécessaire1. Dans les années 1970, une ligne moyenne tension (15 kV) fut créée et l’OTAN remplaça ce matériel par une centrale électrique comportant deux groupes à temps zéro5 de 450 kVA.[réf. souhaitée]

De 1981 à 1987, la station ACE HIGH6 est entièrement rénovée afin d’accueillir la station actuelle de l’Armée de l’air française.

Pour assurer le contrôle du trafic aérien, un radar secondaire avec interrogation sélective, dit « mode S », est opérationnel depuis le 18 août 20097,8. Ce radar a rencontré des dysfonctionnements en raison des fortes chutes de neige9.

Rôle

La station de Pierre-sur-Haute appartient à l’armée de l’air française et dépend de la Base aérienne 942 de Lyon-Mont Verdun, à 80 km du site. C’est l’une des quatre stations hertziennes de l’axe Nord-Sud, communiquant en permanence avec les trois autres : Lacaune, La Borne à Henrichemont et la base aérienne de Brétigny10. Elle relaie donc les communications interarmées, portant principalement sur le commandement des unités opérationnelles. Ainsi, si la force de dissuasion nucléaire française était utilisée, il est possible que l’ordre de mise à feu transite par ce relais1.

Elle dépendait du Commandement air des systèmes de surveillance d’information et de communications (CASSIC) depuis sa création le 1er juin 1994, puis, à compter du 1er janvier 2006, de la Direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI) et de sa direction centrale au Kremlin-Bicêtre10,11.

Dirigées par un major, une vingtaine de personnes se relaient sur le site pour son fonctionnement ainsi que pour sa défense : électromécaniciens, cuisiniers, mécaniciens1.

Infrastructures

Antennes militaires de Pierre-sur-Haute.

Implantation et accès

Snowkite au sommet de Pierre-sur-Haute. En arrière-plan au centre, la tour de télécommunications (non militaire) de TDF, surmontée du radar-dôme de la DGAC.

La station est implantée sur un terrain de trente hectares partagé entre les communes de Sauvain et de Job, la limite entre leurs départements respectifs, la Loire (région Rhône-Alpes) et le Puy-de-Dôme (région Auvergne), traversant le site. Son périmètre est parcouru par une haute enceinte en bois et en métal, les militaires et employés accédant à la station par l’héliport et par une route de quatre kilomètres interdite à la circulation civile, depuis le col du Béal à 1 390 m d’altitude. Cette route est inutilisable lors d’un enneigement de plus de deux mètres : la variante pour parvenir à la base est alors le chemin des crêtes praticable avec des engins à chenilles1, celui-ci étant doté de poteaux guidant les usagers même en cas d’épaisse couche de neige. Le site est également accessible depuis la station de sports d’hiver de Chalmazel par le téléski de Pierre-sur-Haute, qui monte à proximité immédiate du sommet où est situé l’installation militaire, alors même que la route qui y mène pourrait être fermée.

Installations de surface

Les infrastructures les plus visibles sont deux tours en béton d’une trentaine de mètres de hauteur qui assurent l’émission et la réception hertzienne depuis 1991. Chaque tour a la même fonction. La deuxième tour sert en cas de défaillance de la première12. Cet équipement est prévu pour résister au souffle d’une explosion nucléaire1.

Quelques bâtiments servent de garages et de lieux de vie, avec cuisine et salle de restauration et chambres. Ils sont reliés par environ400 mètres de tunnels qui évitent en hiver, surtout les plus froids, des déplacements à travers plusieurs mètres de neige1.

Installations en sous-sol

Le cœur du site est la partie enterrée, vouée aux traitements des messages : à raison de 2 Mb/s, les communications provenant des tours sont analysées, puis y sont redirigées pour être transmises où il convient1.

Protection

Les installations en sous-sol sont classées comme « infrastructure de haute sécurité », sous protection nucléaire, bactériologique et chimique. Dans le jargon militaire, le site est dit « durci » : par exemple, il dispose d’une enceinte de béton armé avec protection vis-à-vis des impulsions électromagnétiques par une cage de Faraday, les locaux sont en surpression, certaines salles sont « propres »1.

Le sous-sol est pourvu d’une autonomie en eau et en électricité ainsi que d’une climatisation autonome1.

La sensibilité du lieu amène en mars et avril 2013 la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI), service de renseignement de la police française, à demander la suppression du présent article de l’encyclopédie Wikipédia en français, d’abord auprès de la Fondation Wikimedia, qui refuse, puis en convoquant Rémi Mathis, le président de l’association Wikimédia France, qui a accès aux outils d’administrateur, et en le mettant « en garde contre le risque d’engagement de poursuites judiciaires »13. L’association Wikimédia France proteste publiquement par un communiqué de presse en français14 et en anglais15. L’action de la DCRI et ses suites suscitent une attention médiatique nationale et internationale, entraînant un effet Streisand sur l’article, qui est recréé, complété, traduit en plusieurs langues et largement visité16,17,18,19,20.

La plume de la passion par Ihsane Farahate

LE blog féminin orienté santé, bien-être, beauté, féminisme, environnement et protection des animaux.

Blog Archipel des Sciences

Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle de la Guadeloupe

tanguiss

DEMAIN C'EST MAINTENENT...

Humeurs Numeriques

Qui suit un autre, il ne suit rien : Il ne trouve rien : voire il ne cherche rien. (Montaigne)