Aller au contenu principal

Echo aux Ilots

1 février 2015

Je viens de lire un article qui fait écho à mon petit travail  du mois dernier, sur l’influence des zones urbaines sur les stations météo. Une petite traduction s’impose…

La fréquence des vagues de chaleur a augmenté de façon spectaculaire au cours des 40 dernières années, et la tendance semble être une croissance toujours plus rapide dans les zones urbaines que dans les régions les moins peuplées du monde. Lettenmaier et ses co-auteurs ont étudié 217 zones urbaines partout dans le monde et trouvé que de longues périodes de chaleur extrême a sensiblement augmenté, 48 % entre 1973 et 2012. Les résultats, qui ont été publiés aujourd’hui dans le journal Environmental Research Letters, montrent que seulement 2 % de ces zones urbaines ont connu une baisse importante de vagues de chaleur. Et le changement a été plus spectaculaire au cours de la nuit : Près des deux tiers des zones urbaines ont montré une importante augmentation de la fréquence des extrêmes, les nuits; « Vous avez la chaleur stockée dans les bâtiments et dans l’asphalte, béton et d’autres matériaux de construction, et ils ne refroidissent pas aussi vite que s’il se trouvait en dehors de la zone urbaine. Cet effet a été probablement exacerbée par la diminution du vent dans la plupart des zones urbaines. La durée médiane des vagues de chaleur était de huit jours. Il a été constaté que le nombre moyen des vagues de chaleur par an a augmenté de plus de 50 pour cent au cours de la période 2009-2012. L’utilisation des données sur 142 régions urbaines et non urbaines, les chercheurs ont constaté que la fréquence des vagues de chaleur a augmenté 56 % plus rapidement dans les zones urbaines, que dans les zones environnantes qui étaient moins peuplées. En outre les zones urbaines ont connu 60 % de jours venteux en moins que les zones non urbaines. Dans les zones urbaines, les bâtiments perturbe le débit d’air, ce qui affecte non seulement la zone immédiate des bâtiments, mais plus globalement tout un ensemble de construction. La réduction du vent accroît l’effet d’îlot thermique dans les villes.

Source:

http://wattsupwiththat.com/2015/01/29/claim-global-warming-has-been-amplified-in-cities-ignores-infrastructure-increase/

From → CLIMAT

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Aphadolie

News Worldwide

La plume de la passion par Ihsane Farahate

LE blog féminin orienté santé, bien-être, beauté, féminisme, environnement et protection des animaux.

Blog Archipel des Sciences

Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle de la Guadeloupe

tanguiss

DEMAIN C'EST MAINTENENT...

Humeurs Numeriques

Qui suit un autre, il ne suit rien : Il ne trouve rien : voire il ne cherche rien. (Montaigne)

%d blogueurs aiment cette page :